A TOUTE BERZINGUE

04 octobre 2008

Requiem

On m’a prêté Requiem de Mills et Ledroit. Requiem chevalier vampire, s’il vous plait.

Alors autant le dire tout de suite c’est pas du tout le genre de lecture que j’ai d’habitude, je ne m’arrête même pas sur la couverture tant c’est juste pas mon style du tout. Mais je suis content d’avoir lu ce truc (les trois premiers volumes quand même)

L’histoire en gros c’est un monsieur qui n’est pas gentil du tout sur terre, qui, quand il meurt se retrouve dans un truc qu’on sait pas trop si c’est le purgatoire, l’enfer ou quelque chose d’autre (enfin ça ressemble quand même drôlement à l’enfer) un monde parallèle avec des gentils (les lémures) et des méchants (les autres) Et alors tout ça dans une ambiance méga gothique, avec des vampires (je vous rappelle le titre) des goules, des épées ENOOORMES et des femmes à poil. (un peu)

requiem

Et aussi le monsieur qui est méchant, pour qu’il soit quand même bien méchant, c’est un soldat allemand. Un nazi quoi. Mort sur le front Est, mais pas en train de faire son métier de soldat, nan, tué par la femme (soldate russe) qu’il était en train de violer. Bon après j’ai pas très tout bien compris, mais c’était quand même rigolo à lire et le dessin est très beau. Très rempli, très touffu, mais très beau.

Donc c’est à conseiller à un ami adolescent gothique qui trouvera  ça à mort destroy ouais cool. (surtout s'il parle comme un adolescent des années 70)

requiem_t1

Posté par Julien B à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 septembre 2008

Brancaccio - Les Invisibles - Le Grand Siècle

Mes dernières lectures dessinées :

Brancaccio, chronique d’une mafia ordinaire par Stassi & Di Gregorio.  Sur la couv’ on dirait presque du Baru, un gamin en scooter à un passage à niveau. Brancaccio c’est un quartier de Palerme où la Mafia fait la loi, un des plus dangereux quartiers d’Italie. Trois histoires autour du même gamin, Nino, trois points de vue, et des témoignages, genre document poignant comme ils disent. Un peu rapide may be.


BrancaccioChroniqueDuneMafiaOrdinaire_15052008_123147                                   placnhe

Les Invisibles de Jean Harambat. Des ravages de la gabelle en Gafcogne et des grandes peines qui f’en fuivirent. (comme ils difent)

Chez Futuropolis, ils sortent de belles choses en ce moment, il faudra qu’on reparle de Martha Jane Cannary, l’histoire de Calamity Jane, à laquelle ce livre me fait penser. Tout en crayonné, en lavis (enfin en gris un peu dilué dans l’eau je sais pas comment ça s’appelle mais spontanément c’est lavis qui me vient) Je pense qu’on trouverait des gens pour dire que ça ne fait pas fini, moi je trouve ça juste splendide. C’est l’histoire d’un nobliau qui prend la tête d’une révolte paysanne contre l’impôt sur le sel en Gafcogne. (oui je fofotte un peu en fe moment, je fais pas pourquoi) ALORS après une première lecture, je trouve que c’est un peu statique, que ça mériterait un peu plus d’envolée bastonnesque et de coup de pied ninja nan je déconne mais quand même. L’histoire est un peu emmêlée aussi, à force de flashback et de montage audacieux mais pas très clair. (genre hein mais il était pas mort lui ? ah si, on est revenu avant ah d’accord) Enfin c’est BIEN, très BIEN même.

Num_riser0026

Le grand siècle, tome 2 – Benoît, de Simon Andriveau.

Alors j’avais déjà écrit un truc sur le tome 1 (qui s’appelait Alphonse) . Et là ça continue. Bonne histoire, sous Louis XIV,  un truc avec un peu de masque de fer mais de loin, on sent que ça commence, une traversée en bateau qui montre que l’auteur aime les navires et les dessiner lui procure un pied de marcassin (comme dirait Manœuvre) mais bon il se passe rien en fait ! le côté « un an après » « deux ans plus tard » c’est un peu trop rapide je trouve, pour expliquer la transformation d’un gamin en presqu'adulte pirate. Bon sinon je suis un peu moins critique sur le dessin (même si les personnages en particulier sont de temps en temps un peu… enfin je sais même pas un peu quoi) et quand même les dialogues ne font pas très d’époque. Mais bon c’est une bonne histoire et ça vaut le coup quand même. Peut-être que c’est le genre de bande dessinée à lire d’un seul coup dans quelques années quand toute la série sera terminée.

Num_riser0025

Posté par Julien B à 08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2008

Jirô Taniguchi

Je ne suis pas super fan de manga, pas spécialement attiré d'ailleurs même si je me rends bien compte que je loupe sûrement quelque chose. Mais alors en fait j'ai tellement l'impression de lire Candy en Bande Dessinée (rapport au staïlle) que voilà pas plus que ça.

Et puis voilà tout d'un coup ressort en intégrale et en joli, "Le journal de mon père" de Jirô Taginuchi.

Genre c'est un type (japonais) qui habite à Tokyo (ça tombe bien) et qui apprend par téléphone que son père vient de mourir. Et comme ça fait un peu quinze ans qu'il ne l'a pas vu, il est un peu sonné, un peu penaud quand il revient dans son village natal et qu'il se confronte à sa famille. Et tout au long de la veillée funèbre, l'oncle, la soeur, la fille, les amis se rémémorent la vie du père, discutent et boivent. Une veillée funèbre quoi. Le fils quant à lui, apprend des trucs, en comprend d'autres et à grands coups de flashbacks nous raconte son histoire.

Et c'est juste super bien. Une belle histoire, de vie, d'émotions, de relations compliquées, la vie quoi. Le truc en plus c'est que c'est des japonais, qu'on est au Japon et que c'est pas la même chose que chez nous. Ca a l'air con de dire ça mais vu d'ici, c'est super intéressant.

Il parait que Taniguchi marche mieux en France qu'au Japon... peut-être... tant mieux pour nous!

A lire aussi "Quartier Lointain" un peu le même genre d'histoire, on parle de vie de tous les jours, de famille et de Japon, MAIS en plus y a du paranormal puisque le héros se retrouve dans son propre corps d'enfant de quatorze ans... tindiiiiin.

Ils viennent de sortir dans des belles éditions que je conseille vivement.

jiro              jiro_2

Posté par Julien B à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2008

Ni rhinocéros ni ornithorinque

Goossens_Jeu

Daniel Goossens dans toute sa splendeur.

Posté par Julien B à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2008

Charlton Heston est mort

Charlton Heston est mort. Bon depuis quelques années c'était surtout un vieux réac qui présidait la NRA aux Etats-Unis, National Rifle Association (lobby des armes à feu, super)

Mais quand même, on parle de son rôle de Moïse, de Ben-Hur mais quid de son rôle de Taylor dans LA PLANETE DES SINGES. Il avait d'ailleurs exigé que son perso meure dans le deuxième de la série (ce qui est pas plus mal et pour lui et pour les films) Il avait d'ailleurs joué dans celui de Tim Burton de Planète des Singes (le remake de 2001) et sous forme de clin d'oeil puisqu'il y jouait un singe : le père du méchant général Thade (Tim Roth)!

Planet_of_the_Apes

Enfin voilà, pour moi c'est aussi la mort du héros de La Planète des Singes.

Planet_of_the_Apes_2

2Les deux photos se situent plutôt vers la fin du film, dans la zone interdite, lors de fouilles sur un site archéologique humain. Souvenez-vous de la poupée humaine qui dit "Maman"... preuve que les humains ont su parler et surtout que Zaïus, le méchant orang-outan cache tout à la population singe. TINLIN...

Num_riser0007

Bon les films, je dis pas, on aime ou pas le genre SF des années 70 on n'est pas obligé. (même si la musique est complètement barrée, j'adore)

En revanche si vous n'avez pas lu le livre de Pierre Boulle - La planète des Singes - Livre de Poche 2706 - je ne vous parle plus jamais. Ruez vous sur ce sommet de la littérature SF, bien plus intéressante et philosophique que ne l'est évidemment le film (et a fortiori la série de films)

Posté par Julien B à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 mars 2008

le sanctuaire du Gondwana

Un nouveau Blake et Mortimer. Alors voilà, je ne suis pas à proprement parler un fan de l’œuvre de Jacobs, et même petit, je dois avouer que ça me gonflait sévère. Mais voilà, curieux comme je suis, je me suis laissé aller à acheter « l’Affaire Francis Blake » au moment de sa sortie puisque c’était comme qui dirait un truc assez étonnant qu’un nouvel album sorte après la mort de l’auteur. Van Hamme et Ted Benoit d’ailleurs avaient fait un travail honorable, en collant bien au style si particulier de la série. Et puis parallèlement Sente et Juillard ont aussi collaboré pour faire d’autres albums : « La machination Voronov » et « les sarcophages du 6e continent » (1 et 2)

Et donc voilà le nouveau : « Le sanctuaire du Gondwana »

Expo_Blake_Mortimer_Brusel

Ça se passe en Afrique autour du lac Ngorongoro, le Gondwana étant le nom que donnent les scientifiques au continent formé par tous les autres avant cette histoire de tectonique des plaques qui fit que nous avons sept ou huit continents je ne me souviens plus très bien. C’est un peu SF, c’est un peu fifties, c’est Blake et Mortimer…

Au niveau B&M justement, on a un peu mais pas trop de ces répétitions texte-image genre « la berline fait crisser légèrement les pneus sur le gravier de l’allée » alors qu’on voit une berline en train de faire crisser légèrement les pneus sur le gravier de l’allée. Que les amateurs se rassurent : on retrouve Olrik (il est dans TOUS les albums, non ?) le truc un peu relou, trouve-je, c’est qu’on retrouve justement plein de personnages des albums précédents (le professeur Labrousse, Azul, Anastasia, (une russe de la machination Voronov) on parle même du professeur Septimus, enfin on a juste l’impression qu’on a fait un petit sondage pour savoir quels sont les personnages que les lecteurs ont bien aimé pour les remettre dans le prochain album (genre tapez 1 pour sauver votre méchant)

On est pas déçus hein, c’est du Blake et Mortimer de bonne facture (un peu plus Mortimer que Blake d’ailleurs) mais on est pas surpris non plus. Et puis un tirage de 550 000 exemplaires, pfiou. Et puis y a une femme en couverture ! DINGUE !

Posté par Julien B à 21:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2008

Mini presque tout

Juste histoire, si besoin est, de mettre en surbrillance le travail de Joëlle Jolivet :

Mini_Zoologique Mini_Presque_Tout

qui sont des sortes de résumés des grands formats que je conseille vivement, les enfants sont comme des fous avec ces livres qui sont presque aussi grands qu'eux. Un joli dessin, plein de choses à voir, et un classement un peu différent de d'habitude (surtout pour les animaux, où on a les rayés, les noir et blanc etc.) Un magnifique COSTUMES aussi est sorti à la fin de l'année dernière.

Mini_Zoo_inside_1

On note la présence de la taupe à nez étoilé. Grosse frime. On en reparlera.

Posté par Julien B à 13:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2008

Red

12140790_p

Posté par Julien B à 12:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2008

Un pas vraiment Lapinot mais un peu quand même

Une petite histoire dans un petit format pour un duel qui dure toute la durée du livre (soit 139 pages en ce qui concerne celui-là)

Mildiou est une sorte d'ordure plus ou moins médiévale (qui a les traits de Richard, le copain de Lapinot, pour ceux qui connaissent Lapinot) qui court après un lapin (qui ressemble à Lapinot pour ceux qui connaissent Lapinot) pour le tuer parce que ça servira d'exemple pour le reste de la population qui vient de se soulever. Une sorte de symbole. Sauf que le lapin (appelons-le Lapinot) n'est pas du tout d'accord avec cette vision des choses et qu'il serait plutôt pour dire que bon on va dire que vous avez gagné, ok? Comme l'autre (Mildiou) a une légère tendance à la monomanie et qu'il n'en démord pas, Lapinot lui propose également "d'aller se faire soigner l'os de la tête et après vous pourrez peut-être avoir des relations normales avec les gens"

mildiou_t0

Trondheim signe encore un joli truc, rigolo, malin et un peu décalé. C'est du bon, ça se lit bien, et si vous aimez les courses-poursuites-bagarres à l'épée en noir et blanc, ce livre est pour vous!

MILDIOU de Trondheim - Seuil - 9€50

Posté par Julien B à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2008

Empaillés

Lion_Empaill__sur_les_Champs_Elys_esIl y a quelque temps déjà, j'attendais en voiture et dans une camionnette, un cul de cheval dépassait... Je me suis demandé quel malade transportait un cheval dans un Trafic. Et en fait par terre entre deux voitures sur les Champs-Elysées... un lion.

Un ours, un lion, un cheval tous empaillés, qui ont traversé la foule pour aller dans la vitrine d'un magasin de luxe. Très étonnant, j'ai regretté de n'avoir qu'un pauvre APS tout pourri...

Num_riser0055

Lion_empaill_

Cheval_Empaill_

Posté par Julien B à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2008

Le Combat Ordinaire - Planter des clous

planter_des_clous

La semaine dernière sortait le quatrième et dernier tome. C'est fini. A pu. Mais que c'est bon de retrouver cette ambiance, ce dessin qui s'est affiné (enfin je sais pas si c'est le mot mais ça a évolué en tous cas) et surtout ce Marco avec ses joies, ses peines, ses questions.

Pour replanter l'histoire (pour ceux qui n'auraient jamais entendu parler de ce chef d'oeuvre) Marco est photographe, trentenaire, et un jour de grosse remise en question, il se barre à la campagne en lachant son boulot. Marco il a toutes les angoisses du trentenaire, face à l'amour, la paternité, la maladie ou la mort de ses parents etc. Marco il a un chat qui s'appelle Adolf parce qu'il n'est pas très gentil, un papa qui a la maladie d'Alzheimer (ouf je me souviens comment ça s'écrit), il aime pas tellement quand Le Pen est au second tour de l'election présidentielle, il a un frêre qu'il appelle Georges avec qui il fume des gros pétards, maximum bamboule. Marco il est super normal avec des légères crises d'angoisse.

Dans ce dernier tome, Marco est papa, retourne au chantier naval qu'on est en train de fermer, s'occupe de sa mère, vote aux présidentielles, passe la nuit dehors.

Alors je sais pas si c'est que je me sens super proche de Larcenet, mais la lecture de cette histoire a cristallisé pas mal de trucs en moi, des choses qui me faisaient peur, mes angoisses de trentenaire à moi que j'ai. Quoi qu'il en soit je me souviens avoir été bouleversé par le deuxième tome, (les quantités négligeables) comme jamais à la lecture d'une bande dessinée. Je me souviens ne pas avoir pu parler pendant deux heures, ne pas avoir eu envie de bouger, limite prostré. Et depuis que mon père est mort, je n'ai pas osé relire cette histoire.

Alors s'il faut lire une bande dessinée en ce printemps 2008, et si c'est à moi que vous le demandez, n'hésitez pas, c'est le Combat Ordinaire. "Planter des clous" c'est celui qui vient de sortir et qui clot un joli chapitre, une jolie histoire de tous les jours.

Le Combat Ordinaire / Les quantités négligeables / Ce qui est précieux / Planter des clous.  Dargaud.

Le premier a eu le prix du meilleur album Angoulème en 2004, les deux suivants ont eu des prix dans plein de festivals...

Posté par Julien B à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2008

Le sang des Borgia

Il y a une ou deux semaines, et je pense qu'un livre devait sortir sur le sujet, deux émissions de radio coup sur coup parlaient du pape Alexandre VI. Alexandre VI qui n'est autre que Rodrigo Borgia, le père de Cesar Borgia (dont s'inspirera Machiavel pour le personnage du "Prince") et Lucrèce Borgia, célèbre Lucrèce Borgia.

A l'écoute de ces émissions, je me suis dit que tiens, si je lisais un truc sur ce pape et sa famille sanguinaire, empoisonneuse et compagnie. Donc je me suis jeté dans "LE SANG DES BORGIA" de Mario Puzo. Roman historique, histoire des Borgia, très bien je prends.

Mario Puzo c'est le gars qui a écrit "Le Parrain". (il aime bien les familles de bandits, visiblement)

Donc roman historique flamboyant, on est à la Renaissance en Italie, et complot, trahison, empoisonnement, peste, meurtres sont monnaie courante. Alexandre VI devient pape en 1492, partage l'Amérique du Sud entre le Portugal et l'Espagne, mais surtout sert les intérêts de SA famille. C'est un des seuls papes (voire LE seul) dont la dépouille n'est pas au Vatican. On pense qu'il s'est auto-empoisonné par erreur... C'est aussi le pape le plus trash, celui qui ne trouve pas trop de défenseur même dans l'Eglise...

Bon voilà, je suis pas sûr que ce soit super utile comme avis, mais quand on aime le roman historique, quand on a envie de connaître l'histoire de tout un tas de gens sympas, on lit LE SANG DES BORGIA. Je pense néanmoins que je vais approfondir en essayant de choper une bio un peu plus détaillée...

517WA1NQ8EL__AA240_

Posté par Julien B à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2008

JUAN SOLO

Bon alors ça va pas du tout.

Je viens de lire Juan Solo, de Jodorowsky et Bess. Juan Solo l'intégrale, s'il vous plait.

Juan Solo, comment vous dire, c'est de la bande dessinée un peu années 80 mais qui date de 90, c'est pas mal dessiné, même si ça fait un peu espagnol. (c'est bizarre de dire ça, non?) C'est super dépassé comme bande dessinée je trouve.solo_2

Bon je vais vous raconter l'histoire : Juan c'est un bébé qu'a pas de bol. Déjà quand il nait, il a une queue. Une queue genre queue de chien, mais sans les poils, en peau. Bon. Soit. Ensuite il se fait abandonner, et retrouver dans des poubelles par un nain travesti qui lui donne le canon d'un pistolet à têter. Vous me suivez? Comme le nain meurt en se faisant exploser dans une eglise, monté dans une voiture à pédales, Juan se retrouve un peu tout seul, mais il a encore le calibre... Alors dès l'age de dix ans, ça devient un voyou, une petite frappe avec une bande de voyous et de petites frappes.

Après comme tout ça se passe dans un pays d'Amérique Centrale tout pourri, il va se faire embaucher par le premier ministre qui a une sorte de galerie de freaks comme garde personnelle, genre un nain, un homosexuel, un obèse, un chauve, un vieux (n'importe quoi) Et alors après c'est un peu compliqué comme suite, mais bon y a des femmes à poil, des meurtres, des bastons, des règlements de comptes, des révélations ("HO MON DIEU, en fait tu es le fils de ta soeur qui est la nièce de ta grand-mère qui avait fauté avec un ours qui était le frêre de Casimir!! Oh noooooon!")

Enfin voilà, moi je dis "Disez Non à la drogue" surtout pour les scénaristes de bande dessinée.

juan_solo

Mais ça se lit, hein, faut juste essayer de pas avoir un plafond trop bas, sinon on risque de se cogner quand on saute en l'air de stupéfaction. (et un peu de connerie aussi)

Ah ouais aussi, j'oubliais, à la fin il se prend pour Jesus et il se fait crucifier.

(zob j'ai raconté la fin)

Posté par Julien B à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2008

Nouveau Western

Je lis un truc, je saurais pas trop en parler mais je trouve ça dément...

Le problème c'est que je crois que c'est de la poésie. Et comme j'ai l'impression que je suis super hermétique à la poésie, ben ça me fait bizarre. L'autre truc c'est que j'ai l'impression de n'aller que vers des trucs qui parlent de far-west ou de pirates, ou alors éventuellement de guerre. (je cherche toujours un film de cow-boys pirates qui se feraient la guerre d'ailleurs, si quelqu'un a un titre...)

Donc là ça s'appelle "Billy the Kid, oeuvres complètes" et c'est de Michael Ondaatje (le mec qui a écrit "Le Patient Anglais")

Les poèmes du gaucher donc.

Je vais juste vous lire la quatrième de couverture, ce sera déjà ça.

"Nouveau Mexique, un ranch, une nuit d'orage. Un coup de feu claque : William Bonney tombe sous les balles du shérif Pat Garrett. Dans un nuage de poudre et de poussière, de poèmes en coupures de presse imaginaires, la légende du "Kid" sanglante et héroique, cavale au grand galop dans un véritable Far West littéraire."

"Levez le rideau / baissez vos pantalons / William Bonney / va danser."

41KMqyfonBL__SS500_

Posté par Julien B à 18:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2008

Pourquoi j'ai tué Pierre

Pourquoi_j_ai_tu__Pierre

La semaine dernière je suis tombé sur "Pourquoi j'ai tué Pierre" d'Olivier Ka et Alfred. Tombé c'est un bien grand mot, on me l'a mis dans les mains, sans trop me dire de quoi ça parlait. Je l'avais déjà reperé, ce roman graphique, il avait été stickerisé "indispensable" à Angoulème, l'année dernière. (sortie septembre 2006)

Plusieurs choses à savoir : c'est autobiographique, Alfred ayant même plus ou moins poussé Olivier Ka à raconter son histoire en bande dessinée. C'est autobiographique et c'est super intime, c'est d'une force et d'une profondeur! Mais comme c'est bon de lire de la bande dessinée grave, intelligente, forte, émouvante!

Je n'ai pas trop envie de parler de l'histoire, j'ai envie que le plaisir soit le même pour tous. Sachez juste qu'Olivier Ka est un enfant de 68, avec des parents un peu babas, un peu libres, et qu'on le suit à travers les années.

A ranger à côté de Pilules Bleues de Frederik Peeters, pas loin de Blankets de Craig Thompson. (et ça tombe bien c'est presque le même format)

Et je viens de me rendre compte que c'est en couleurs! J'ai complètement effacé ça, pour moi c'était évidemment en noir et blanc.

Pourquoi_j_ai_tu__Pierre_2

Posté par Julien B à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2008

Au cimetière de Saint-Malo

St_Malo_nouvel_an_2008___24


St_Malo_nouvel_an_2008___25

Posté par Julien B à 23:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 janvier 2008

Au cimetière de Saint-Malo

St_Malo_nouvel_an_2008___23

Posté par Julien B à 23:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2007

Le Tombeau des Champignac

Alors si vous aimez Spirou et Fantasio, vous avez sûrement une période préférée, parce que OUI Spirou et Fantasio SONT plusieurs. Créés par Franquin bien sûr, mais repris ensuite avec plus ou moins de succès par plusieurs auteurs, Fournier étant à mon idée celui qui a le plus massacré l'affaire, mais j'ai l'impression que tout le monde est d'accord et ça me rassure.

Après on peut être plus ou moins d'accord avec les scenarii, les graphismes etc. Pour ma part je trouve que Tome et Janry ont bien dépoussièré le tout, avec des albums et des histoires bien bien marrantes et prenantes et tout ce qu'on peut attendre de Spirou en fait. (ce sont eux d'ailleurs qui font le Petit Spirou, un Spirou enfant qu'on pourrait presque comparer à Titeuf.) Je mets quand même un bémol avec leur semblant de réalisme de leur dernier : Machine qui rêve (qui date de la fin 1998, ça nous rajeunit pas)

A la suite de ce duo c'est Morvan et Munuera qui ont repris le flambeau pour 3 albums ("Paris sous Seine" 2004, "L'homme qui ne voulait pas mourir" 2005, et "Spirou et Fantasio à Tokyo" 2006) Voila où on en est de la série "classique" on va dire. Je ne suis pas sûr que Morvan et Munuera soient encore dans le coup, mais c'est super gratos de dire ça et on va dire que j'ai un peu la flemme de vérifier. (on va dire ça)

Parallèlement, une autre série est en train de voir le jour : UNE histoire de Spirou et Fantasio PAR (notez les mots en gras) l'idée étant de filer les clés à des auteurs qui à tour de rôle feront un album "one - shot" et là pof ça tombe bien c'est de ça que je viens vous entretenir :

UNE histoire de Spirou et Fantasio par Tarrin et Yann : Le tombeau des Champignac.

9782800138053_G

Alors oui, Spirou est habillé en groom, Fantasio fume sa pipe, il y a tous les personnages récurrents : Seccotine, Champignac (forcément) mais aussi Dupilon l’ivrogne du village, Jérôme le policier et le facteur. On retrouve la TurboTraction, une Zorglumobile et tout commence dans le château du comte à Champignac-en-Cambrousse. Après ça se complique et justement je trouve ça trop touffu ! trop de choses, trop de mélanges, trop d’hommages, c’en est un peu fatiguant même. On sent que Tarrin et Yann sont fans absolus de l’œuvre de Franquin, et du coup ils veulent trop en mettre.

Spirou_Tarrin1

Et pour finir : quel besoin ont quasi TOUS les scénaristes de Spirou (les nouveaux, j’entends) quel besoin donc ont-ils d’essayer de faire tomber amoureux Spirou ? A QUOI CA SERT ?

Posté par Julien B à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 décembre 2007

Magasin Général

Loisel et Tripp partagent un atelier au Québec, et au bout d'un moment ils se rendent compte qu'ils pourraient bosser ensemble, genre avec Loisel qui ferait la base, et Tripp qui finirait avec lumières, ambiances et fioritures (qui gavent Loisel en gros) C'est le postulat de base de cette bande dessinée à quatre mains qu'est Magasin Général. Quatre mains pour un auteur virtuel, mélange des deux aussi bien au scénario qu'au dessin. D'ailleurs en parallèle des albums "normaux" on peut trouver un double de chaque tome qu'ils appellent "l'arrière boutique" avec la même page dessinée par Loisel et finie par Tripp.

magasin_marie    magasin_serge

L'histoire se passe au Québec dans les années 20 (1920, on va bientôt être obligé de préciser...) et c'est dans un tout petit village qu'on suit Marie (titre du premier tome) veuve de l'épicier, du tenancier du Magasin Général qui donne son nom à la série. Et ce veuvage est tout frais, il faut continuer à vivre, pour la communauté et aussi pour penser à autre chose. Et puis arrive Serge (titre du deuxième tome) qui vient de Montréal, qui est en panne de moto, qui bouleverse un peu la vie du village, ouvre un restaurant et plait bien à tout le monde. Il faut dire qu'il dépanne pas mal de gens le Serge, puisque Les Hommes (titre du troisième tome) sont partis pour leur saison d'abattage, et vont finir par revenir, bien sûr. C'est juste une chronique (pourquoi dire juste, d'ailleurs?) C'est une Chronique (avec majuscule s'il vous plait) la Chronique de la paroisse de Notre Dame des Lacs, dans le Québec des années 20... (oui je me répète mais c'est un effet de style en fait)

Magasin Général - trois tomes dispo : Marie, Serge et Les Hommes - Loisel et Tripp - Casterman

Posté par Julien B à 00:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2007

Le syndrome du prisonnier

trondOuais alors on va dire que c’est super mégalo de se mettre en scène comme ça, de parler des ses angoisses, de ses pensées, de ses trucs drôles, que ça va intéresser personne tout ça. Bon en même temps ça s'appele les petits riens...

Et Lewis Trondheim, comme Sfar ou Larcenet dans une moindre mesure, parle beaucoup de lui, il dessine à la première personne, et c’est déjà le deuxième volume chez Shampooing (collection qu’il dirige chez Delcourt, waaah stro facile, moi aussi si j’ai une collection, je m’en fous, je me publie)

Alors oui, on ouvre et on lit Trondheim en train de faire de la plongée, de voir des poissons, des vieux pneus qu’il prend pour des vestiges antiques, etc. Ca c'est juste les premières pages, après on le voit chez lui, dans des festivals, dans la rue tout ça. Alors oui on se dit que oula, c’est sympa mais bon pas super intéressant quand même.

Et ben en fait NON. C’est super bien. C’est super bien parce que c’est DRÔLE. Parce que Trondheim est quelqu’un de névrosé, certes, mais surtout quelqu’un de drôle. Mais bon quand même ça raconte pas grand-chose…

Enfin ne comptez pas sur moi pour dire du mal de Trondheim, j’aime tout ce qu’il fait et si vous n’avez pas lu les formidables aventures de Lapinot (de Trondheim) je ne vous parle plus.

Posté par Julien B à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2007

le tanneur

Le_tanneur

Posté par Julien B à 23:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2007

Le scorpion

Bon alors comme je vous en ai parlé hier, allons-y pour Le Scorpion :


20061109093832_t7On dit du Scorpion qu'il est le fils du PAPE… Une sorcière aurait séduit l'homme d'église et aurait donné naissance à un garçon qui porte sur l'épaule le sceau de l'infamie, une marque en forme de scorpion.

Le septième tome du Scorpion est sorti au début de l'année, entamant un nouveau cycle. La fin du sixième tome voyait les possibilités de confondre le cardinal Trebaldi réduites en poussières avec la destruction de la croix sur laquelle avait été crucifié Pierre.

De retour à Rome, le Scorpion continue sa quête d'identité, accompagné d'une splendide gitane empoisonneuse et d'un hussard à la force herculéenne.

Marini au dessin et Desberg au scénario mènent cette série de main de maitre (plusieurs mains même) et si on peut dire de certains films qu'ils ressemblent à de la bande dessinée, on lit cette aventure comme un film de cape et d'épées. Et puis c'est beau, c'est à Rome, c'est fin dix-huitième… L'avventura quoi. (non, pas la chanson de Stone et Charden) et bien loin des délires mystico-cucul la pral du Da Vinci Code ou du Triangle Secret…


scorpion_t2


Le Scorpion - 7 tomes et un hors série -  Marini et Desberg chez Dargaud.

Posté par Julien B à 19:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2007

Les aigles de Rome

Aigles_de_rome

Marini qu'on connait pour être le dessinateur de la série Le Scorpion (sept tomes et un hors série ambiance minutes de procès, tout ça chez Dargaud)(on en reparlera parce que si vous aimez l'aventure, Rome et le XVIIIe siècle c'est du tout en un) Donc Enrico Marini nous emmène à Rome, mais pendant l'Antiquité cette fois, genre en 9 avant Jésus-Christ. Et on va suivre l'initiation en parallèle d'un jeune noble romain, Marcus Falco et d'un jeune Chérusque, barbare germain, Ermanamer, adopté par Rome, et qui sert en fait d'otage comme ça se faisait à l'époque pour sceller des pactes. Pure ambiance, pur dessin. Un peu de baston, un peu de fesse aussi (mais il dessine tellement bien les femmes que bon, ce serait gâché si y en avait pas)

aigles_de_rome_2

L'engouement pour Rome et le peplum continue, et ça tombe bien j'adore ça. (depuis Gladiator mazette on est servis : Rome (la série) Murena (la bande dessinée) et tous les films plus ou moins réussis : Alexandre, 300, Troie...)

J'ai juste un peu de mal avec certains dialogues, mais bon les mecs de l'époque devaient se traiter de quelque chose comme connard aussi finalement... (connardus?)

Les Aigles de Rome - Livre 1 - Marini - Dargaud - 14.50 €

(quatre tomes sont prévus)

Posté par Julien B à 21:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2007

Versailles

Statue_du_parc

Posté par Julien B à 14:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2007

Le Grand Siècle

Alphonse est sujet de Louis XIV mais pas précisément à la cour. Côté basse-cour plutôt… manouvrier, un peu ivrogne, malmené par une femme acariâtre, moqué par le village. Un lendemain de beuverie, il sauve un enfant, le fils du Chevalier de Beaumont. Poursuivi par des sbires patibulaires (mais presque) l'aventure commence.

gd_si_cle    planche_gd_si_cle

De cape et d'épée, certes. Mais qu'elle est plaisante cette histoire, un peu de mousquetaire, un peu de gitans et sur la fin un peu de bateau mais chut, chut… et tout ça par Simon Andriveau dont c'est le premier album, scénario et dessin please. Moins de trente ans et un passage par des studios d'animation (certains fonds sont flous pour donner de la profondeur) Quelques cases sentent le nouveau venu, le méchant est vraiment très vilain (la grande balafre est un peu en trop selon moi) et quelques chapeaux relèvent d'avantage de l'ouest américain que de la campagne française au XVIe siècle. (même si c'est gratuit de dire ça, vu que je ne suis pas spécialiste de la coiffe au fil des siècles, mais c'est l'impression que ça donne)

On peut aussi s'etonner de quelques dialogues un peu trop actuels… mais dans l'ensemble c'est une bonne surprise donc pour un album acheté sur la couverture et un rapide coup d'œil.

Le Grand Siècle par Simon Andriveau aux éditions Delcourt.

Posté par Julien B à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2007

La tranchée

7599Elle est attirante cette couverture, un poilu tête nue, moustache au vent, dans la tranchée qui vient pas d'être repeinte…

LA TRANCHEE c'est justement le titre de cette bande dessinée, Sauveur, c'est le sous-titre et le nom du gars, qui tient la pose… Sauveur, c'est un lieutenant, un peu perdu dans les lignes, qui monte au feu un peu par hasard, et qui se retrouve dans une casemate avec d'autres gars alors qu'un crime vient de se produire.


Et Sauveur ne va pas tellement sauver l'histoire, tellement la rencontre avec les autres poilus arrive comme un cheveu sur la soupe et finit comme elle a commencée.


Donc on est dans une belle ambiance mais un peu bidon, pas très probable et c'est assez dommage. Il reste que le dessin est sympa et cette histoire de papier un peu glacé par endroit donne du relief de façon assez agréable. Je suis un peu frustré néanmoins et j'espère que dans le deuxième tome (de ce qui a l'air d'être un diptyque), on partira moins dans tous les sens.


LA TRANCHEE – 1.Sauveur par Adam – Cady et Marchetti chez Vents d'Ouest. C'est sorti en février 2006… On attend quand même la suite!

Posté par Julien B à 07:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2007

Do you know Daniel Goossens?

Nounours

Posté par Julien B à 20:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2007

Apaches

Aujourd'hui sort un nouvel album de Blueberry par Giraud et Charlier (même si Jean-Michel Charlier est un peu mort maintenant)

61bdJx5tJHL__SS500_

Alors vous me direz que c'est un peu de l'abus puisque finalement ça n'est que la refonte en un seul album de toute la partie avec Géronimo qu'on a pu lire déjà dans les cinq derniers Blueb de la série normale (genre Blueberry canal historique) Oui mais là on l'a en un seul tome, d'un seul jet, comme une seule aventure. Et comme il s'agit de la période pré-Fort Navajo (Fort-Navajo étant vraiment le début de la série, façon Jerry Spring western pour enfants à l'ancienne) donc comme il s'agit d'une histoire située entre "la jeunesse de Blueberry" et "Fort Navajo" eh ben c'est pas mal quand même. Quand on sait qu'en plus Gir ne dessinera plus de Blueberry... Ben on le lit avec plaisir, comme un fan de base de cette aventure du far-west (yiiiipeeee)

blueberry

Et Blueberry c'est quand même du lourd.

Et à propos de lourd, z'avez vu j'ai même pas fait de vanne genre "Gir a tourné l'apache" tout ça...

Posté par Julien B à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2007

GUS

Et puisqu'on est dans le western tiens parlons de GUS (j'adore Gus)

Gus a deux potes : Clem et Grat. C'est un peu des outlaws, des braqueurs de banque, des pilleurs de train… mais ce qui les intéresse surtout, c'est les filles. (Même si Clem est un peu marié) On les suit, lettres d'amour, pillage de train, virée au bordel (eh oui, on est dans l'ouest!) coups de revolver, désert, planques. Cependant on est loin de Blueberry, le trait n'est pas réaliste, pour le dessin ça pourrait ressembler à du Lucky Luke tout mou des débuts (période Morris tout seul pré-Goscinny) pas pour le scénario. Cinq histoires à la suite, la première (Nathalie, qui donne son nom à l'album) avait été publiée dans le Pilote spécial Noël.

On voit que Blain est un garçon : il aime les western et les pirates. L'autre œuvre de Christophe Blain étant le fabuleux "Isaac le pirate" (5 tomes dispo) que vous devez avoir lu. (Sinon je vous écris plus)

Gus - Christophe Blain - Dargaud

gus

Posté par Julien B à 19:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2007

Bouncer

Bouncer_T5Je retombe sur cette tuerie qu'est la série Bouncer par Jodorowsky et Boucq.

Du western crado : l
e bourreau est une femme, le videur un manchot, le patron du saloon l’Infierno porte un masque de catcheur, les notables sont assassinés un par un par un indien à serpents coral verde… mais la vie à Barro-City suit son cours, pendaisons, torture, bagarres, tentatives de lynchage. On est dans l’ouest, Diable ! Pas de place pour les demi-truelles et les pieds-tendres.

On retrouve Bouncer égal à lui-même, toujours manchot, toujours aux prises avec ses démons intérieurs.

planche1_BouncerT5

C’est la fin d’un cycle (comme le précise le sticker !) et il est donc préférable d’avoir lu les quatre premiers pour profiter pleinement de ce bijou (je pèse mes mots) tant au niveau du scénario glauque à souhait et plein de rebondissements, qu’au niveau du dessin. On sent que Boucq prend son pied à dessiner l’ouest américain et ses décors grandioses. Une série qui est en train de devenir une référence en matière de western.

Bouncer 5. « La proie des Louves » Jodorowsky / Boucq - chez les Humanoides Associés

Posté par Julien B à 19:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]